top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAdmin

Les préalables à la création d'une certification professionnelle (RNCP)

Rappel : La réforme de la formation professionnelle a transformé en profondeur le système de la certification professionnelle puisque désormais les individus disposent de moyens accrus pour individualiser leurs parcours de développement de leurs compétences et construire leur projet professionnel en adéquation avec les besoins du marché. Les formations certifiantes permettent aux personnes de monter en compétences via des certifications reconnues sur le marché du travail.


Les certifications professionnelles, classées par niveaux de qualification et domaines d’activités, sont constituées de blocs de compétences légalement définis par l’article L. 6113-1 du code du travail : « les certifications professionnelles sont constituées de blocs de compétences, ensemble homogènes et cohérents de compétences contribuant à l’exercice autonome d’une activité professionnelle et pouvant être évaluées et validées ».

Attention, pour beaucoup d’organismes de formation la certification se résume à un gain d’argent considérable que l’on pourrait résumer comme suit :


CERTIFICATION = FINANCEMENTS = CROISSANCE


Si l’approche et l’équation ne sont pas fondamentalement fausses, obtenir une certification, sa propre certification, peut être un parcours du combattant !

Il est essentiel d’y consacrer un maximum de temps au risque de perdre du temps et de l’argent.


CONSEIL NUMERO 1 : Se renseigner


Même si la logique semble évidente, de nombreuses organisations foncent tête baissée sans avoir consulté la documentation de France Compétences. Vademecum, notices d’aides à l‘enregistrement au Répertoire Spécifique (RS) ou au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) sont autant d’informations qu’il va falloir appréhender afin de se rendre compte de la complexité de la démarche.


Astuce : pour un premier dépôt aux répertoires nationaux de France Compétences, l’accompagnement par un cabinet de conseil ou un consultant est vivement recommandé, sous peine de courir droit vers l’échec !


CONSEIL NUMERO 2 : Savoir raconter une histoire


Effectuer une demande d’enregistrement d’une certification est un véritable défi intellectuello-administratif. Il s’agit bien de réussir à embarquer l’instructeur qui aura la charge de lire votre dossier au moyen d’exemples concrets, de chiffres solides, de sources fiables.

  • Un bon dossier est un dossier travaillé sur le fond et sur la forme, complet, réfléchi, enrichi et argumenté.

  • Un bon dossier doit pouvoir répondre à la très célèbre formule magique du QQOQCP : Qui, Quoi, Où, Quand, Comment, Pourquoi.

  • On évoquera alors les compétences évaluées, la cible, les modalités d’évaluation et surtout les perspectives d’emploi en vision prospective.

Astuce : l’expertise d’un consultant ou d’un cabinet de conseil associée aux connaissances d’un expert métier permet de solidifier la construction de votre dossier !


CONSEIL NUMERO 3 : évaluer et certifier


Le sujet central de la réussite repose sur la capacité d’un organisme à être certificateur et à mettre en place un protocole d’évaluation le plus objectif et qui ne repose pas sur des seuls QCM. Ici, la qualité pédagogique, la qualité des formateurs ou encore la qualité de la formation ne sont pas du évaluées par la certification professionnelle.

Astuce : la présence d’un consultant vous permettra de répondre de la meilleure manière à ce besoin d’évaluation « en toute objectivité et en toute neutralité ».


CONSEIL NUMERO 4 : la capacité de financement et le ROI


Déposer une certification coûte sur tous les fronts : en interne pour le temps investi et également en externe si vous faites appel à un consultant ; en effet, les tarifs peuvent rapidement dépasser les 5000 euros en fonction de la complexité d’un dossier.

Votre capacité à rentabiliser votre investissement passera nécessairement par une phase d’étude sur les projections financières à court et moyen terme – (réservons ici la notion de long terme pour le redépôt de votre certification lorsque cette dernière arrivera à échéance).


Si l'alignement des planètes est bon, lancez-vous !


Astuce : L’expertise et les connaissances du marché de la formation sont toute la force d’un cabinet de conseil, dès lors, les recommandations formulées apportent une véritable valeur ajoutée dans la réalisation de votre projection financière.


N'hésitez pas à nous solliciter ici pour augmenter vos chances de succès pour le dépôt de votre certification !


103 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le RNCP - l'essentiel

Le RNCP - l'essentiel Le cadre des certifications professionnelles est un élément structurant de la formation professionnelle

Comments


bottom of page